Le canal lacrymal bouché: qu’est-ce-que c’est ?

Canal lacrymal bouché

Le canal lacrymal bouché, est un problème sanitaire bénin qui peut survenir chez l’enfant dès qu’il naît ou après lorsqu’il grandit. Une diversité de raisons peut expliquer son apparition. Aussi, de nombreux traitements médicinaux et naturels existent pour contrer ce mal. Mais les mieux recommandés restent ceux qui possèdent des bases naturelles. Cependant, quelles sont les particularités du canal lacrymal bouché ? Comment le traiter ? Profitez des informations données dans cet article pour mieux cerner le sujet.

Que peut-on comprendre par un canal lacrymal bouché ?

Ce qu’il faut savoir est que le canal lacrymal est une voie naturelle qui permet l’évacuation de tout ce que sécrète l’organe de la vue vers les parois du nez. Il peut s’agir d’excédents de larmes ou de solution lacrymale.

Avec une dimension de 15 mm de longueur et de 3 mm de largeur, il a pour début l’extrémité interne des yeux et atteint la cavité nasale. Ainsi, le canal lacrymal bouché se définit comme un engorgement de cette voie naturelle (vaisseau lacrymo-nasal).

Il a pour effet de faire pleurer l’œil. Ce qui s’en suit parfois de quelques sécrétions purulentes. Les signes d’un tel problème peuvent être perçus dès le début de l’obturation et durer sur des semaines jusqu’à des mois.

Qu’est-ce qui explique cette obstruction ?

Le canal lacrymal bouché peut survenir à la naissance de l’enfant tout comme au cours de sa première année. Cela s’explique par l’engorgement d’une valve dénommée valve de Hasner. Elle se présente sous la forme d’une toute petite bouche anti-retour. De même, un état anormal de l’anatomie de l’enfant peut être la raison de ce phénomène. Néanmoins, il est à noter que c’est une cause rare.

Quels sont les signes pour reconnaître un cas de canal lacrymal bouché ?

Comme notifié plus haut, dans un cas de canal lacrymal bouché, l’organisme se retrouve dans l’incapacité d’évacuer le surplus de larmes par les narines. Ce qui sous-entend que le liquide stagne auprès de l’œil. Cela pourrait conduire à une conjonctivite en raison du pus et des croûtes.

Alors si vous remarquez chez votre bébé des signes comme les yeux larmoyants voir même qui pleurent, des cils mouillés en permanence avec des paupières jointes, sachez qu’il souffre de canal lacrymal bouché.

Il peut aussi s’en suivre des yeux malpropres avec sécrétion de solution tirant sur du jaune ou du vert. Dans ce fait, l’enfant aura un œil ou les yeux rouges avec leur coin interne gonflé.

Que faire en premier lieu pour soulager son enfant de ce mal ?

En général, le service pédiatrique recommande un lavage des yeux et au besoin un traitement aux antibiotiques. Ce sont là des solutions pour favoriser la spontanéité du traitement du canal lacrymal bouché. L’antibiothérapie intervient pour venir à bout des infections qui peuvent affecter l’œil et est utilisée sous forme de goutte ophtalmique.

En ce qui concerne le lavage des yeux, il doit se faire au cours des toilettes de l’enfant. Nettoyez avec soin l’œil atteint en vous servant de sérum physiologique et de morceau de linge stérilisé. Étant donné que le canal lacrymal bouché se manifeste au coin interne de l’œil, il convient de débuter le nettoyage des yeux à ce niveau et finir par le coin externe.

Vous aurez à utiliser plusieurs linges en raison du fait que chaque morceau ne peut faire qu’un passage afin d’éloigner les risques d’infection. Mais il vous faudra plusieurs passages pour que l’organe soit bien propre.

Quels sont les soins naturels possibles pour soigner un canal lacrymal bouché ?

De façon générale, le canal lacrymal bouché disparaît avec spontanéité lorsque votre enfant se trouve dans la tranche d’âge comprise entre 1 à 12 mois. Néanmoins, il vaut mieux penser à administrer certaines cures à ce dernier afin de vite le soulager et ainsi que pour être sûr de lui éviter toute forme d’infection. Il s’agit de massage, de l’homéopathie ainsi que de l’ostéopathie.

Le massage du canal lacrymal

L’idée ici est de procéder à un massage doux et léger du coin interne de l’œil atteint en vous servant de la pulpe de votre petit doigt. Pour dégager le canal lacrymal bouché, il faut que ce geste soit quotidien sur un long moment.

Le traitement par massage peut également être fait en exerçant une légère pression sur l’aile du nez et sur le coin interne de l’œil. Cela doit se faire à l’aide de votre pouce et être répétée plusieurs fois dans une journée (2 voire 3 fois le jour).

L’homéopathie

Les traitements par homéopathie doivent de préférence être prescrits par un spécialiste du domaine. C’est la raison pour laquelle il est recommandé de vous tourner vers un homéopathe. Pour traiter le cas de canal lacrymal bouché celui-ci devra administrer à votre enfant certains produits.

Comme exemple, on peut citer le Calendula officinalis 3 CH. Pour contrer les infections, l’administration de Calcarea Sulfurica 4 CH serait efficace à raison de 5 granulés 3 fois le jour. Dans le cas d’une récidive, ce dernier peut lui prescrire sur 3 mois et par semaine une dose de Straphysagria 15 CH.

L’ostéopathie

L’ostéopathie peut être aussi un remède efficace pour guérir le phénomène de canal lacrymal bouché. Elle perçoit ce mal comme une accumulation plus ou moins rapide d’un ou de plusieurs liquides dans les vaisseaux de la muqueuse.

Cette méthode suggère donc que ce phénomène est le résultat d’un dysfonctionnement ostéopathique. C’est la raison pour laquelle l’ostéopathe s’appliquera en premier lieu à consulter le gosse souffrant.

Grâce à son diagnostic, il déterminera le nombre de séances nécessaires pour arriver à en finir pour bon avec ce problème de canal lacrymal bouché. Très souvent, au plus en 3 séances de traitement réévalué avec l’assistance des parents, il est possible de surseoir les effets du mal. Mais il faut rappeler que le résultat tient aussi compte de l’âge de l’enfant et de sa capacité à répondre favorablement au traitement.

Pour finir, l’usage de l’ostéopathie pour guérir le canal lacrymal bouché possède ses limites. Il s’agit des situations où l’obstruction s’avère être causée par l’immaturité d’une membrane ou une mauvaise formation congénitale. L’ostéopathe est à même de vous situer sur quelle mesure prendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *